Malayky, l’espoir du reggae africain

3 mai 2016

Lu sur : Urbanpress.ci /

Soumahoro Mamadou, alias “Malayky” est un jeune artiste ivoirien qui après avoir longtemps côtoyé les scènes ivoiriennes et sous régionales, a décidé de dévoiler au grand jour son immense talent, à travers son œuvre “Radykal Roots”. Jeune passionné de musique, Malayky abandonne ses études, pour mieux se consacrer à la musique. Et sa rencontre avec Tiken Jah en 1993, donne un sens à sa vie. Ce dernier le prend sous son ail et lui apprend les rudiments du métier. Le descendant des Fakoly lui permet même de poser sa voix sur son titre “Yen a marre” qui figure sur son album “Le Caméléon”, avant de le faire entrer en studio pour l’enregistrement de son premier album en 2000. Bien que cet album ne connu pas le succès escompté, Malayky ne baisse pas pour autant les bras. Il continue de bosser et de fréquente les espace reggae à Abidjan. Il participe même à plusieurs éditions du Masa et de la Fête de la Musique.
Fort de cette grande expérience, Malayky rentre à nouveau en studio sort son nouvel album de douze (12) titres intitulé “Radykal Roots”. Avec sa voix grave et mélodieuse, Malayky, à travers des messages d’engagement, aborde les thèmes de la vie quotidienne et sensibilise face aux problèmes des jeunes du Ghetto. Il se veut aussi le porte parole de la cause des africains.“Radykal Roots” révèle ses énormes qualités vocales, avec les arrangements exécutés de mains de maitre par Manjul au studio Humble Ark Records à Bamako (Mali) et la participation de Moses Doumbia à Abidjan, puis de Georges Kouakou au Studio Lion and Fox à Washington DC qui relève le niveau de cet album.
Pour Malayky, l’aventure qui a commencé il y a 20 ans, s’annonce glorieuse pour le bonheur des mélomanes ivoiriens, africains et du monde, sous la coupole d’une nouvelle structure de production qui veut hisser cet artiste au nombre des meilleurs faiseurs de reggae africains.